Rachida Dati

Député européen pour l'Île-de-France et des français de l'étranger

Tribune

Billets d'humeur

Les échos de Strasbourg [9 au 12 mars 2015]

La semaine dernière à Strasbourg, nous avons poursuivi nos échanges sur la lutte contre le terrorisme qui nous mobilise depuis plusieurs mois. À cette menace globale, nous devons donner une réponse globale. Nous avons la semaine dernière, notamment, voté une résolution visant à renforcer notre coopération avec la Ligue Arabe dans ce domaine. Nous avons également souligné le besoin de répondre aux facteurs sous-jacents de la radicalisation. Je suis très mobilisée sur ce sujet, étant moi-même rapporteur au Parlement européen sur un texte pour la prévention de la radicalisation et du recrutement des citoyens européens par les organisations terroristes.

Plusieurs textes d’ordre économique étaient également à l’ordre du jour. Nous avons voté un en particulier destiné à mieux protéger les consommateurs, en plafonnant les frais que les banques imposent aux commerçant pour traiter les paiements des clients par carte bancaire. Cette nouvelle mesure doit conduire à une réduction des coûts pour les consommateurs et pour les commerçants.

Dans une résolution sur la lutte contre la pédopornographie sur internet, nous avons demandé plus d’efforts concernant les enquêtes sur les abus sexuels d’enfants en ligne, la poursuite des coupables et la protection des victimes. Nous devons tous rester vigilants, 80% des victimes de ce fléau ont moins de dix ans !

Enfin, quelques jours après la journée de la femme, nous avons adopté un rapport appelant à une lutte plus efficace contre les violences conjugales et le mariage forcé, et demandant plus de progrès pour réduire la différence de salaire entre les hommes et les femmes. 

Mécanisme de suspension : l’Europe met fin à la libéralisation des visas sans condition

En rétablissant un mécanisme plus souple de suspension de l’exemption de visas, l’Union européenne a enfin abandonné sa politique de libéralisation inconditionnelle. Ce mécanisme n’avait jamais été activé depuis 2013 en raison de la rigidité des critères et de la complexité de la procédure.
 
Désormais, la réciprocité n’est plus un vain mot mais s’ancre dans la réalité. En cas de hausse substantielle du nombre de ressortissants d’un pays concerné, du nombre de demandes d’asile infondées ou d’absence de coopération sur les réadmissions, l’UE pourra rétablir l’obligation de visas. Ces restrictions pourront aussi s'appliquer en cas de menaces pour l’ordre public ou la sécurité intérieure liées aux ressortissants des pays tiers concernés.
 
Alors que les discussions actuelles pour de nouvelles libéralisations de visas, notamment avec la Turquie, mais aussi la Géorgie, le Kosovo et l’Ukraine, soulèvent de nombreuses inquiétudes compte tenu des enjeux sécuritaires et migratoires, nous nous devions de garantir la pleine opérabilité du mécanisme.


Autres billets d'humeur


Dernière interview


Interview a la BBC - 100 Women - 28 octobre 2016

Dans le cadre de l'émission "100 Women" de la BBC, je suis revenue sur mon parcours et mes convictions, d'où je viens et les raisons de mon engagement en politique. Retrouvez [...]

Voir toutes les interviews

Dernier communiqué

Lutte contre le terrorisme : des promesses tenues !

16 février 2017

Priorités pour combattre le terrorisme

Communiqué de presse de Rachida Dati et Brice Hortefeux, tous deux membres de la Commission Libertés civiles, justice et affaires intérieures.

Voir tous les communiqués

Dernier article de presse

Le rendez-vous européen du prochain Président de la République

22 janvier 2017

Cinq ans d’effacement européen et de déséquilibres avec Berlin sont[...]

Voir tous les articles